Skip to the content

Gestion de parc informatique, les bonnes pratiques

La bonne gestion du parc informatique prévient les défaillances au sein d’une entreprise. Elle limite également les coûts de fonctionnement relatif au système informatique. Celui-ci englobe les équipements ainsi que les logiciels utilisés par une société. Il s’agit notamment des postes de travail, des périphériques, des serveurs, des réseaux, du Cloud, des données informatiques et des terminaux mobiles.

Utiliser les outils appropriés

Pour garantir la bonne gestion du parc informatique, il faut toujours commencer par un inventaire de tous les éléments disponibles. La liste doit être exhaustive et il faut mettre à jour la base de données à l’instant T. Cette dernière inclut tous les détails concernant les équipements et les programmes informatiques. Il est alors plus facile de rechercher les éventuels défauts et de garantir des interventions rapides. Cela évite les pertes de temps, tant pour les informaticiens que pour les entreprises. L’inventaire permet également d’identifier les matériels obsolètes qu’il faut remplacer. De ce fait, les salariés ont toujours des machines performantes à leur disposition. Quant aux dirigeants, ils évitent les mauvaises surprises et les contretemps.

MSP, gagnez du temps en choisissant la solution de Solarwinds : RMM

Homogénéiser le parc informatique

Les experts en informatique recommandent l’utilisation des mêmes types de matériel. Il est alors plus simple de gérer l’installation et les mises à jour des logiciels. Effectivement, des équipements différents impliquent des configurations variées. Quoi qu’il en soit, les postes de travail doivent avant tout répondre aux besoins des utilisateurs. Il est ainsi possible d’établir plusieurs profils types par département. Cette solution tend à optimiser la production et facilite aussi l’achat de nouveaux équipements si besoin. Il est important de respecter le cycle de vie recommandé par les constructeurs. Dans le cas contraire, les performances des machines sont en baisse et les pannes sont plus nombreuses. Le coût des réparations s’avère plus élevé que l’achat d’un nouvel appareil dans certains cas.