Skip to the content

Bien gérer sa SLA

Dans le cadre d'une reprise activité, de nombreuses pratiques entrent en jeu. Parmi ces différentes pratiques, on retrouve la SLA, sigle de "Service Level Agreement", qui peut se traduire grossièrement en français par "accord de niveau de service".

Dans le monde de l'entreprise, et notamment dans le cadre des relations qui lient un entrepreneur ou un prestataire de service à un client, la SLA permet de formaliser et de clarifier les différents points du service, en détaillant les prestations fournies, la qualité que l'on est en droit d'en attend et que le prestataire s'engage à exécuter. La SLA permet ainsi avant tout de garantir à l'utilisateur final ou au client une véritable transparence. Dans le cadre d'une reprise activité, la SLA présente de nombreux atouts pour sécuriser sa clientèle.

Proposer une SLA à ses clients, c'est lui indiquer que l'on s'engage à se conformer à de nombreux points de qualité. D'un point de vue commercial, cette SLA est la preuve d'une prise en compte sérieuse de la demande du client. Pour que celle-ci soit la plus efficace possible, il conviendra d'indiquer des critères pertinents en lien avec la prestation.

Ainsi, dans le cadre d'une prestation informatique, une SLA pourra présenter les critères liés à la livraison, tel que le délai, la date et l'heure de début et de fin de prestation, les différentes modalités de cette dernière et l'ensemble des indicateurs de mesure de qualité. Une SLA précise et détaillée pourra également indiquer tous les recours envisageables en cas d'incidents informatiques quelconques.

Dans le cadre d'une reprise activité, proposer une SLA et la doter des informations pertinentes encouragera le client à refaire appel à nos services. Il s'agit ainsi d'une pratique à mettre en place au plus vite et à améliorer sans hésiter au fur et à mesure que nos critères et nos prestations s'affinent.