Skip to the content

Qu'est ce que la Threat intelligence ?

La connaissance reste un élément incontournable pour élaborer une défense contre les cyberattaques. En effet, une entreprise qui a conscience des failles pouvant faciliter une attaque dispose d’une longueur d’avance pour se préparer. C’est ainsi qu’intervient la Threat Intelligence, un outil de prévention face aux agressions informatiques.

La Threat Intelligence, de quoi s’agit-il ?

De nos jours, les cyberattaques contre les administrations et les entreprises deviennent de plus en plus fréquentes dans les journaux. Les agresseurs sont généralement incités par la recherche des données confidentielles dans le but de créer des dommages ou pour attaquer une cible plus importante.
Conscients de ces problèmes, les concepteurs ont élaboré la Threat Intelligence ou CTI. C’est une discipline concentrée sur les techniques de renseignement, avec comme objectif de collecter et d’organiser l’ensemble des informations en relation avec les menaces des cyberattaques. À présent, 78% des sociétés qui ont utilisé la discipline voient leurs capacités à réagir aux attaques se développer.

Quels sont les avantages de la CTI ?

En utilisant la CTI, les entreprises peuvent repousser l’état de menace ainsi que les scénarios d’attaque. Jouant le rôle de système d’alerte précoce, cette discipline procure des données collectées utiles pour la conception d’une arme de défense face à des attaques potentielles.
S’agissant d’une nouvelle solution, la CTI agit sur le plan technique, mais aussi stratégique. Ainsi, l’interprétation et la qualité des données varient en fonction des fournisseurs choisis. Pour l’expertise, elle incite le savoir-faire d’un professionnel dans le domaine de la cybersécurité. Ce dernier est le plus approprié pour traduire les informations en de véritables mesures de défense.
Si l’on utilise la discipline de façon concrète, elle va compléter la cybersécurité en tant qu’élément préventif. Il s’agit d’un privilège majeur étant donné que les systèmes de sécurité ne se mettent en marche qu’au moment de l’attaque.